La comptine du mercredi 28 novembre : Malbrough s’en va en guerre

Sur une proposition de Carine, aujourd ‘hui je vous parle de Malbrough s’en va t-en guerre. Déjà le titre respire la gaité !

Malbrough s’en va-t-en guerre,
Mironton, mironton, mirontaine,
Malbrough s’en va-t-en guerre,
Ne sait quand reviendra. (bis)

Malbrough s’en va-t-en guerre,
Mironton, mironton, mirontaine ;
Malbrough s’en va-t-en guerre,
Ne sait quand reviendra… (ter)

Il reviendra z’à Pâques,
Mironton, mironton, mirontaine ;
Il reviendra z’à Pâques,
Ou à la Trinité. (ter)

La Trinité se passe,
Mironton, mironton, mirontaine ;
La Trinité se passe,
Malbrough ne revient pas. (ter)

Madame à sa tour monte,
Mironton, mironton, mirontaine ;
Madame à sa tour monte,
Si haut qu’ell’ peut monter. (ter)

Elle aperçoit son page,
Mironton, mironton, mirontaine ;
Elle aperçoit son page,
Tout de noir habillé. (ter)

Beau page ! Ah ! Mon beau page,
Mironton, mironton, mirontaine ;
Beau page ! Ah ! Mon beau page,
Quelle nouvelle apportez ? (ter)

Aux nouvell’s que j’apporte,
Mironton, mironton, mirontaine ;
Aux nouvell’s que j’apporte,
Vos beaux yeux vont pleurer. (ter)

Quittez vos habits roses,
Mironton, mironton, mirontaine ;
Quittez vos habits roses,
Et vos satins brochés. (ter)

Monsieur d’Malbrough est mort,
Mironton, mironton, mirontaine ;
Monsieur d’Malbrough est mort,
Est mort et enterré. (ter)

J’l’ai vu porté en terre,
Mironton, mironton, mirontaine ;
J’l’ai vu porté en terre,
Par quatre z’officiers. (ter)

L’un portait sa cuirasse,
Mironton, mironton, mirontaine ;
L’un portait sa cuirasse,
L’autre son bouclier. (ter)

L’un portait son grand sabre,
Mironton, mironton, mirontaine ;
L’un portait son grand sabre,
L’autre ne portait rien. (ter)

À l’entour de sa tombe,
Mironton, mironton, mirontaine ;
À l’entour de sa tombe
Romarin l’on planta. (ter)

Sur la plus haute branche,
Mironton, mironton, mirontaine ;
Sur la plus haute branche,
Le rossignol chanta. (ter)

On vit voler son âme,
Mironton, mironton, mirontaine ;
On vit voler son âme,
À travers les lauriers. (ter)

Chacun mit ventre à terre,
Mironton, mironton, mirontaine ;
Chacun mit ventre à terre,
Et puis se releva. (ter)

Pour chanter les victoires,
Mironton, mironton, mirontaine ;
Pour chanter les victoires,
Que Malbrough remporta. (ter)

La cérémonie faite,
Mironton, mironton, mirontaine ;
La cérémonie faite,
Chacun s’en fut coucher. (ter)

Les uns avec leurs femmes,
Mironton, mironton, mirontaine ;
Les uns avec leurs femmes,
Et les autres tout seuls. (ter)

Ce n’est pas qu’il en manque,
Mironton, mironton, mirontaine ;
Ce n’est pas qu’il en manque,
Car j’en connais beaucoup. (ter)

Des blondes et des brunes,
Mironton, mironton, mirontaine ;
Des blondes et des brunes,
Et des châtains aussi. (ter)

J’n’en dis pas davantage,
Mironton, mironton, mirontaine ;
J’n’en dis pas davantage,
Car en voilà assez.

Oui je sais tu es à 2 doigts de pleurer et de te passer la corde au cou !!! Va y fait pas ta chochotte où je t’amène moi-même la corde !

Carine me dit donc qu’elle écoutais cette chanson sur son mange-disque. La première qui dit qu’elle connais pas et que c’est surment parce qu’elle est plus jeune que moi, elle dégage !

Comment je suis dég nanpêche ! J’en ai jamais eu moi de mange-disque et c’est pas faute de l’avoir demandé au gros bardu ! La petite fille des voisins, elle en avait un et j’était grave jalouse de cette petite pinbeche de parisienne ! Claire qu’elle s’appel et elle cranais grave avec SES affaires que SA mère lui achetais à Paaaris ! Dans 10 ans, y aura peut-être les petits voisins de mes parents qui seront jalouse de ma petite pinbêche de parisienne…

Bon, toujours est-il que Carine, elle a voulu chanter Malbrough à sa fille, mais elle a trouver les paroles bien morbide, faudrais peut-être pas leur mettre des idées noir dans la tête dès la naissance à ses marmos, ils ont toute la vie pour ça ! Du coup, Carine elle chante sur Bourvil à sa fillotte, salade de fruit, le gendarme et surtout la tendresse.

Et là c’est moi qui est la larme qui coule… mais c’est pas de ma faute, c’est les hormones ! Oui 8 mois après mon accouchement !

Allez va chanter du bourvil a tes enfants, c’est bien meilleur que les cousins/cousines, chats, escargots, le tabac, les bateaux… et les lapins dont je te parlerai la prochaine fois !

Publicités

3 réflexions sur “La comptine du mercredi 28 novembre : Malbrough s’en va en guerre

  1. Je l’aime pas du tout celle-ci. Tellement pas que je l’avais d’ailleurs complètement oublié. On avait pas de mange disque mais un vrai tourne disque en plastique blanc offert à ma soeur par un tonton 😉

  2. C’est clair, dans le genre « il est mort le monsieur? » on fait pas mieux !
    Moi je chante « Il était un petit homme… » : http://www.momes.net/comptines/dire/il-etait-un-petit-homme.html
    « Twinkle twinkle little star… » (juste cette partie là, je ne retiens pas toute la chanson…c’est l’âge, hein, ma pauv’ dame!) : http://www.youtube.com/watch?v=yCjJyiqpAuU
    Et sans soucis aussi j’aime bien « la vie en rose », « la java bleue », « les amants de St Jean »… 😉

    • Pirouète cacahuète c’est ma chanson sauveuse, lors de notre tour au urgence, pendant les examens, il n’y a que cette chanson qui la calmais…
      L’autre je connaissais pas et je cause pas l’anglais mais c’est la même musique qu’Ah vous dirais-je maman.
      Je lui chante aussi la java bleue et les amants de St jean !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s